Typologie des fablabs mobiles

Quand j’ai démarré mon projet Tricyclab, même si j’avais déjà en tête une idée assez précise de ce que je voulais faire, je suis quand même allée faire une recherche sur les fablabs mobiles existants (dans cet article j’utiliserai le terme « fablab » partout pour simplifier, mais certains sont plutôt des hackerspaces ou des makerspaces ou des ateliers de bidouille selon le cas). J’ai découvert que, somme toute, ils n’étaient pas si nombreux que ça. Si le premier est, comme pour les fablabs en dur, vraisemblablement celui mis en place par le Center for Bits and Atoms du MIT, c’était en 2007 et en presque 10 ans on ne peut pas dire qu’il ait eu une descendance très prolifique. Ni qu’elle ait fait de vieux os. En effet, j’ai aussi découvert que souvent leur espérance de vie n’est pas très longue. Trois petits tours et puis se défont. Je pense que c’est dû au fait que certains ne sont là que pour être exposés lors d’un salon ou d’un évènement spécial, mais qu’il n’y a pas vraiment de suivi derrière. Un coup d’épate et au garage! D’autres ne survivent pas à la mort du fablab en dur qui les a lancés: j’imagine que c’est ce qui est arrivé au fablab mobile de l’Atelier de Beauvais et qu’il a dû sombrer avec son grand frère avant même d’avoir soufflé sa première bougie. Sans compter tous ceux qui n’existent qu’à l’état de projet et n’ont jamais été concrétisés à ce jour (même quand les sous ont été rassemblés grâce à une campagne de financement participatif). Mais il faut aussi pondérer en se disant que peut-être bien que les fablabs mobiles que j’ai déterrés ne sont que la partie émergée de l’iceberg et qu’il y a sans doute d’autres, mais que les gens derrière ne s’embêtent simplement pas à leur faire une vitrine sur le web. Possible, mais il est sans doute probable que la première impression soit la bonne.

Cela dit, j’ai l’impression qu’on arrive au point d’inflexion où leur croissance peut devenir exponentielle. Vers 2014-2015, il y a eu comme un regain d’intérêt et je pense que dans les deux-trois années à venir le phénomène pourrait exploser… ou pas… Sera une tendance morte-née? L’avenir le dira. En tout cas, moi, j’ai bien ressenti comme une accélération entre le moment où j’ai commencé ma recherche et aujourd’hui où en mettant à jour mes liens je tombe sur de nouveaux projets.

Pas si nombreux donc pour le moment. Partant de là, j’ai commencé à les collecter et à les épingler comme une entomologiste sa collection de papillons mutants. Mais, comme chaque collectionneur sait, le plaisir de la collecte n’est rien comparé à celui de la classification, de la taxinomie, de la nomenclature. Selon quels critères les classer? La structure qui les chapeaute? Le type de financement (le modèle économique)? Le public visé? La fonction (éducation, promotion, réduction des coûts…)? Leur localisation? Leur date de création? Et si j’en faisais une base de données? Ça me permettrait de choisir le critère de classement selon l’humeur.

Et puis, ce travail serait utile à d’autres plus tard, car il comblerait un vide. En effet, il n’y a presque rien sur la question. Peu de gens se sont penchés sur le phénomène des fablabs mobiles.

Je pourrais même faire un site les répertoriant avec une fiche technique pour chacun. Ce serait en quelque sorte le tour des fablabs qui font des tours et des détours. Pourquoi pas?

Mais avant de créer une vraie base de données comme il faut et de me mettre à réviser MySQL et PHP, je vais commencer par un premier temps par un simple tableau avec les champs: nom, type de véhicule, surface en m², nom de la structure organisatrice, pays, région, ville, niveau d’avancement du projet, date de création, date de fin, liens vers site (ou à défaut vers article en parlant, ou à défaut vers photos du bidule)… Dans un deuxième temps, quand je ferai la vraie base, j’y rajouterai des champs pour l’équipement, etc. Et aussi un champ très utile: celui de la doc’, car il y en a quelques-uns qui partagent leur documentation (plans de construction, animations, etc.).

Pour y voir un peu plus clair, je choisis de les classer par type de véhicules, ce qui est aussi un classement par taille par la force des choses.

J’en avais déjà collectionné quelques-uns quand je suis tombée sur le site de Bart Bakker et son Mini-Fablab, qui, comme son nom l’indique, est de dimensions vraiment réduites: il tient dans son garage de 18 m² (pour se servir de certaines machines il faut sortir la voiture) dans le centre d’Utrecht. Bart, qui participe au mouvement fablab depuis 2007, a trouvé son créneau dans le monde de la fabrication numérique: il s’intéresse aux machines abordables pour équiper de petits fablabs, modestes par la taille et par les moyens financiers. Son projet s’étoffe au fil des FAB (rencontres mondiales des fablabs). Il a d’abord fait réussi à équiper un fablab avec toutes les machines requises dans la liste MIT pour 10000 dollars US seulement. Là il part à Senzhen où il donnera une conférence sur comment équiper un fablab pour seulement 2000 dollars US.

Dans les fablabs de petite taille il y a bien sûr les fablabs mobiles auxquels il consacre plusieurs pages de son site. Il a rassemblé une mine d’infos, même si certaines sont fragmentaires (on ne voit qu’une photo par exemple), que je n’aurais pas trouvés autrement et qui m’ont permis d’enrichir ma liste de fablabs. Je me suis rendue compte avec grand plaisir que lui aussi avait organisé sa collection par type de véhicules et que nos catégories respectives ne se recoupent pas totalement mais sont très semblables. Les grands esprits se rencontrent, comme on dit.

Pour ma part, je m’intéresse seulement aux fablabs mobiles où le véhicule non seulement sert à déplacer l’équipement, mais où il sert aussi d’espace de démonstration ou d’éducation. Les véhicules ne servant qu’à déplacer le matériel ne m’intéressent pas trop. Mais Bart lui s’y intéresse et développe pas mal cet aspect.

Parmi les idées très intéressantes de Bart, je souligne celle du Hub. Il voit dans un fablab mobile équipé de dessertes mobiles qu’il déposerait ici et là comme l’équivalent du Hub, fablab-mère qui chapeaute toute une ribambelle de fablabs secondaires (un peu comme Roma Makers et ses fablabs scolaires?).

Et puis, je vous conseille aussi toute la partie qu’il consacre aux extensions de l’espace mobile, via des chapiteaux, des auvents, des bulles gonflables… sur comment maximiser l’espace, un aspect que je n’aborderai pas moi-même.

 

Typologie des fablabs mobiles classés par type de véhicule (classification personnelle)

Je n’ai pas d’image pour classer les différents types de véhicules, alors j’utiliserai un dessin provenant de l’exposition Habiter le campement qui se tient à la Cité de l’architecture et du patrimoine jusqu’au 29 août. Il s’agit d’illustrer les types de véhicules utilisés dans une perspective nomade, de campement. Et ça colle bien avec mes fablabs nomades (sauf que normalement le bonhomme dedans il ne serait pas allongé mais debout devant son imprimante 3D en train d’essayer de faire adhérer son impression au plateau).

mobilehome

 

 

A. Sans véhicule

Je passerai vite sur les fablabs mobiles sans véhicule, car il n’y a d’habitacle où exercer l’activité par définition. Dans cette catégorie, on pourra mettre les valises et malles roulantes, les brouettes et les carrioles à bras (pourquoi pas?), certaines flight-cases et les servantes d’atelier…

En France, il y a des exemples de fablabs nomades qui n’ont pas de véhicule et transportent leur matériel dans les transports en commun:

  • Wheeldo (FR), qui a animé un atelier au cours du Game au vert que nous avons préparé;
  • Plascilab (FR), qui transporte des mallettes pour ses ateliers.
  • Pop up fablab (ES) de Barcelona des flight-cases à déplacer.

 

B. Les deux-roues et trois-roues non motorisés (tricycles et triporteurs compris!)

[Ce chapitre sera développé dans un article à part. À VENIR] Étonnamment, il y a un certain nombre de projets dans le domaine et de plus en plus. J’en ai repéré 3 au début de ma recherche. J’en ai collecté une dizaine en tout depuis. Les remorques et certains projets ci-dessus pour moi tiennent plus du transport que du véhicule multifonctions servant aussi à héberger les animations, elles sont un peu hors sujet pour mon projet mais je les mets quand même.

Depuis le début de ma recherche, d’autres ont fait leur apparition, dont deux tricycles qui ressemblent furieusement à ce que j’avais en tête:

  • Makerbike2 (MX?), projet avec un toit solaire.
  • Un tricycle à la Maker Faire de Hong Kong (HK/CN).
  • La Mobile maker cart (US) de Philadephie, sans doute le projet qui ressemble le plus à ce que je visualisais pour le mien.
dmd-maker-cart-v1b
Mobile maker cart du fablab de Philadelphie DMD

Mais il y a aussi le nouveau projet de Bart qui est apparu: comme exemple de son fablab à 2000 dollars il veut équiper la remorque de vélo qu’Ikea sort à l’automne 2016 (avec un vélo en kit aussi dans la même gamme):

Et puis il y a d’autres types d’ateliers sur deux- ou trois-roues qui peuvent servir d’inspiration même s’ils ne sont pas des fablabs.

rebiciclem_barna
Atelier (de réparation vélo) Rebiciclem à Barcelone

Sans compter les foods trucks et autres boutiques sur roues, très à la mode en ce moment.boutique-mode-tripoteur

Je me suis fait un tableau Pinterest avec ces différentes catégories. [Je posterai le lien quand je l’aurai réorganisé un peu.]

 

C. Les deux-roues et trois-roues motorisés

Je n’en connais aucun exemple, mais comme j’ai un très très gros faible pour les triporteurs Ape Piaggio, les tuktuks et autres rickshaws, je suis obligée de prévoir cette possibilité. Et puis, il y a pas mal de « foodtrucks » et de commerces ambulants qui peuvent servir d’inspiration d’aménagement à un fablab Ape.

 

D. Les automobiles

Là, non plus, je connais aucun. Je pense que la voiture ne peut servir que pour déplacer du matériel, pas pour héberger une animation. Elle est donc un peu hors sujet pour moi.

 

E. Les caravanes et roulottes

Cette catégorie est mieux représentée. Là, on commence à enfin avoir des exemples.

  • La Fabricaravane (FR) de l’EPN Boc@l à Chemillé, là même où Yann a fait son stage: il parle de la Fabricaravane (le fablab) et des autres caravanes de l’EPN dans cet article.
  • Le Fablab de Strasbourg (FR) avait apporté une caravane avec une extension gonflable au Fabfest de 2015.
  • Le Manche Lab du CESI à Rouen (FR) a un joli doublon dans le nomade: en 2015 il avait une bête camionnette, mais là ils ont fait fort: ils ont une caravane… téléscopique, oui TÉLÉSCOPIQUE! (j’ai réussi à retrouver le modèle: il s’agit de ce fabricant, un vrai bidouilleur qui a fait son prototype dans son jardin). Je crois que le Manche Lab rentre d’office dans mon tiercé gagnant.
telescopique_ob_2c6c3b_manche-labducey-1
La caravane téléscopique du Manche Lab

 

F. Les camionnettes, fourgonnettes et assimilées (paniers à salade, si si j’en ai vu un)

Sans conteste, la catégorie la mieux fournie, du moins en Europe, où d’ailleurs la plupart des fablabs mobiles se trouvent en France ou aux Pays-Bas.

  • Le Makerbus (NL), malgré son nom, c’est un ancien camping-car Wolkswagen.
  • Le Fablabtruck (NL), une vieille bétaillière de 1967.
  • Le Makers buzz (NL).
  • Le Frysklab (NL), une initiative très dynamique, elle utilise des mallettes pédagogiques, donc elle est doublement intéressante pour moi.
  • Le fablab mobile du Fablab Côte d’Opale à Calais (FR) vient d’être inauguré en juillet 2016. Je devais aller leur rendre visite en août, mais je n’ai pas pu. J’essaierai d’y aller bientôt.
  • Le fablab mobile L’Atelier de Beauvais (FR) vient de fermer tout comme le fablab en dur du même nom.
  • Le Frenchmakers truck du fablab de Besançon (FR).
  • Le Nomad’lab (FR), une camionnette flanquée de deux auvents desservis par deux rampes, une initiative du Living Fablab de l’ENSGSI en Lorraine.
  • Le premier Manche Lab du CESI à Rouen (FR).
  • Il y a un projet à Lyon depuis un bon moment, mais je ne sais pas où ça en est.
  • Le Makermobile à Vancouver (CA).
  • Le Sparktruck au Texas (US). Un gros projet, qui a fait un tour des États-Unis, avant de passer la main sous sa première mouture à d’autres aventures. Ils ont partagé pas mal de documentation, notamment sur leurs animations, et ont fait pas mal de vidéos (il y a même un documentaire de 23 mn).
  • Uptruck (US) à Boston.
  • Baltimore Open Works (US).
  • STEAMtruck (US) à Atlanta.
  • MakewithMoto (US) fablab publicitaire.
  • Le Tesla truck à New York (US), un projet financé sur Kickstarter mais qui n’a pas encore vu le jour.
  • El Aconcagua Fablab (CL), fablab mobile du Madlab au Chili.
  • La camionnette du Hackerspace du Caire (EG), mes chouchous!

    hackerspacecairo
    Hackerspace Cairo

 

G. Les bus

En fait, je ne devrais pas faire une catégorie à part pour les bus, juste les caser dans la précédente ou la suivante selon leur taille, mais quoi, c’est des bus, ils me prennent par les sentiments, surtout les double deckers (je crois qu’inconsciemment une partie de mon attirance pour la bidouille vient de la série anglaise « Le bus à l’impériale »).

  • Le Makerbus (CA), un ancien bus scolaire recyclé, à London (Ontario).Tesla truck à New York (US), un projet financé sur Kickstarter mais qui n’a pas encore vu le jour.
  • Fab bus (UK), un fablab de la branche britannique de la Fabfoundation dans un ancien bus à impériale: je fonds, direct dans mon tiercé gagnant.

 

H. Les camions et les semi-remorques (avec trailer, conteneur ou mobile home…)

C’est l’autre catégorie la plus fournie après les camionnettes, mais c’est surtout en Amérique qu’on trouve ces gros formats.

  • MIT Mobile Fablab (US), à tout seigneur tout honneur, le premier en 2007.
  • Cleveland fablab (Ohio, US).
  • Omaha fablab (US).
  • Fab Lab DC (US).
  • Fablab Tulsa (US).
  • Le fablab du musée des sciences Carnegie Science Hall (US) à Pittsburgh.
  • Intermediate Unit 1 mobile fablab (US) de Pennsylvanie.
  • Techshop Fujitsu (US).
  • Makerbus (MX).
  • Fablab Veritas (CR).
  • Det Mobile Fablab (DK), cet exemple danois m’a l’air d’être le seul aussi volumineux en Europe.

 

I. Les conteneurs

Je sépare les conteneurs vraiment utilisés avec un semi-remorque et ceux qui sont plutôt de la construction en quasi-dur. Ce ne sont plus vraiment des fablabs mobiles pour moi, tout au plus des fablabs déplaçables. mais bon, on les classera quand même.

  • Le FabLab Kaasfabriek à Alkmaar (NL) a démarré par un conteneur jaune mobile, puis y a pris goût et a construit son fablab sédentaire tout en conteneurs, mais ils se disent prêts à tout bouger. Chiche!
  • Le Fablab Namibia (NA) est aussi construit en conteneurs, mais là par contre je ne pense pas que l’idée se soit de les déplacer. Ils ont l’air d’avoir été recouverts d’isolant thermique (ce qui vaut mieux).

 

J. Les trains

Je n’en connais aucun exemple, mais je kifferais grave. J’ai trop vécu dans les trains de nuit et trop lu « Corto Maltese en Sibérie » quand j’étais gosse.

 

K. Les bateaux

Herdir m’avait parlé d’un projet français sur une péniche mais qui n’a pas abouti. Dommage!

Mais l’exemple le plus fascinant, c’est le Fablab flotante Amazonas (PE) voir l’article qui lui a été consacré sur Makery récemment.

 

L. L’air

Je ne connais aucun fablab dans un avion, un dirigeable ou autre radeau de la canopée… mais qui sait? ça existe peut-être déjà.

 

M. L’espace

Par contre, les fablabs dans l’espace existe déjà. On ne les visualise peut-être pas comme des fablabs (ils ne sont pas vraiment ouverts au public!), mais les bases spatiales sont déjà équipées de machines de fabrication numérique. Le but recherché en premier lieu était de voir si elles marchent en apesanteur et à terme de permettre que les cosmonautes puissent réparer leur environnement en fabriquant les pièces défectueuses, voire même des outils le rapportent les articles suivants chez Sciences et avenir, Fredzone et Clubic.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *